Berger allemand

D'araval

Berger allemand


LES ORIGINES


On ne peut pas comprendre pleinement les origines du Berger allemand sans avoir une idée précise du contexte historique et de l'atmosphère qui régnaient au moment de sa naissance et de la formation d'une association spécialisée veillant à contrôler son élevage.Nous sommes en Allemagne, au beau milieu de l'empire de Bismarck ; la Confédération allemande a été proclamée le 18 janvier 1871, dans un climat de grand conservatisme et la classe militaire a beaucoup de pouvoir.


Nous sommes également pendant la période de la révolution industrielle et on observe, en particulier après 1880, une forte migration de la population rurale vers les grandes villes. Bien que Bismarck, lui-même propriétaire terrien,exprimât à plusieurs reprises son inquiétude pour le sort de l'agriculture et proposât des lois destinées à protéger les produits de la terre,l'industrie urbaine était en train d'épuiser rapidement le monde rural.


Dans ce contexte très préoccupant sur certains points, on ressentit une certaine nostalgie à l'égard d'un monde qui semblait destiné à disparaître.


Des groupes de passionnés commencèrent à s'intérresser à l'élevage des moutons, d'autres s'en allèrent à la redécouverte des techniques du tissage de la laine, et d'autres encore, toujours dans cette atmosphère de nostalgie bucolique, commencèrent à s'intérresser aux chiens utilisés pour garder les troupeaux.


L'univers de ces chiens était extrênement varié : les sujets étaient très différents les uns des autres en fonction des régions et de l'usage que le maître comptait en faire.


Certains chiens étaient de plaine, d'autres de montagne, certains devaient protéger les troupeaux des loups, d'autres servaient à éloigner les voleurs.On choisissait certains chiens pour leur agilité, d'autres pour leur force ou leur corpulence.


Avec les recul, on imagine aujourd'hui que dans ce groupe si hétérogène, certains chiens devaient intérresser les passionnés plus que d'autres. Parmi eux, les chiens de berger exprimaient une forte rusticité, une grande indépendance et de la fierté. Nous verrons plus tard à quel point ces traits de caractère seront très importants dans la séléction du Berger allemand.


Parmi les eleveurs pionniers, qui commençaient à attirer l'attention, on retient surtout deux noms : Wachsmuth de Hanovre et Sparwasser de Francfort.


Dès 1877, ils commencèrent à effectuer un travail de séléction sur les chiens de berger.Il est difficile, voire hasardeux, d'affirmer aujourd'hui jusqu'à quel point leurs sujets pouvaient ressembler au Berger allemand ; les chroniques historiques citent cependant le nom de deux chiens : Grief et Lotte.


Il faut attendre encore quatorze longues années avant d'assister à un autre événement important dans cette chronique des origines : ce fut en effet en 1891 que le capitaine Reilchelmann Dunau et le comte von Hahn fondèrent une association appelée Phylax, destinée à promouvoir le chien de berger. Cette association eut une durée de vie assez brève et houleuse ; des dissensions entre se membres aboutirent en effet à sa dissolution en l'espace de quelques années. Mais,dès lors, on commença à éprouver à l'égard de cet univers un intérêt particulier, qui n'était pas près de s'éteindre.


Les passionnés se lancère dans une série de croisements entre différentes lignées de chiens de berger, dans le but de regrouper les qualités de sujets souvent dissemblables.


Parmi les ancêtres possibles de Berger allemand, on mentionne souvent des lignées originaires de deux zones géographiques assez éloignées l'une de l'autre: le Württemberg et la Thuringe. On note que, curieusement d'ailleurs, l'élevage d'ovins est encore largement pratiqué en Thuringe et que cette région compte la plus forte population de moutons de toute l'Allemagne. Les modèles de la Thuringe étaient des chiens plutôt petits, très agiles, à la robe grise et épaisse et aux oreilles droites ; à l'inverse les modèles du Württemberg étaient plus massifs, avec une ossature plus forte et plus imposante.


Naturellement, du fait que ces régions n'étaient pas isolées et qu'il existait un certain mouvement interne et externe (l'élevage en soi est une activité nomade ), il est fort possible que le chiens des régions voisines aient influé sur nos deux modèles ; autant dire qu'ils devaient être d'une homogénéité toute relative. Quoi qu'il en soit , les éleveurs comptaient essentiellement sur les accouplements pour obtenir une synthèse des différentes qualités recherchées, mais ils étaient aussi en quête de sujets d'une taille précise, aux oreilles droites, et dotés d'une queue non en trompette.Toujours en référence au contexte historique de ces origines, un article de cette époque révèle ce que l'on attendait en ce temps-là d'un chien d'utilité : 1896, un certain docteur Gerland von Hildesheim présenta pour la première fois des chiens dréssés spécialement pour travailler avec la police. En 1910 , ce type de chiens figure dans plus de cinq cents locaux de police et la plupart d'entre eux sont..... des Bergers allemands !!


LA NAISSANCE D'UNE NOUVELLE RACE


Le Berger allemand n'est devenu une race officielle que dans les toutes dernières années du XIX e siècle ; cette avancée est étroitement liée à un homme, dont le nom restera à jamais dans l'histoire comme celui du "père du Berger allemand" : von Stephanitz.


Le Rittmeister (capitaine de cavalerie) Max Emil Friedrich von Stephanitz est, en effet le personnage clé de toute l'histoire de ce chien: il fut non seulement le premier homme à enregistrer des sujets sur le Livre des Origines (Zuchtbush) mais il créa avec son ami Arthur Meyer le premier standard de la race et fonda la société cynophile spécialisée qui s'occupe encore aujourd'hui d'enregistrer et de sélectionner le Berger allemand en Allemagne.


Le premier sujet enregistré sur le Livre des Origines fut véritablement le personnage de cette histoire : Hektor Linksrhein, rebatisé plus tard Horand von Grafrath.


V Horand von Grafrath (Hektor Linksrhein)


L'histoire de ce chien, digne d'un roman, fut plutôt mouvementée et insolite. Né en 1895 dans l'élevage de Sparwasser, il est achetée par Eiselen, un éleveur passionné, titulaire de l'affixe célèbre à l'époque "Von der Krone" de Heidenheim. Meyer et von Stephanitz tombèrent sur ce sujet qui avait déjà atteint l'âge adulte; aussitôt sous le charme de cet animal aussi harmonieux que noble,ils l'achetèrent pour deux cents marks. Von Stephanitz avait noté quelques données caractéristiques du sujet : Hauteur: 60-61 cm; Longueur: 66-67 cm; Poids :25 kg ;Longueur des oreilles: 13 cm.


Plus tard, en évoquant son souvenir,il le décrira avec des mots empreints d'une fervente admiration :


" Horand incarnait aux yeux des passionnés de l'époque les rêves les plus fous. Grand, par rapport aux autres chiens, il mesurait environ 60-61 cm de haut [....]. Son ossature était forte, ses lignes harmonieuses et sa tête exprimait la noblesse.


Essentiel pour sa structure, ce chien était très nerveux. Son caractère était à la hauteur de ses qualités extérieures: merveilleux dans son attachement fidèle à son maître, il affichait également une vrai nature aristocratique associée à une volonté de vivre indéfectible.


Bien qu'il n'eût reçu aucune forme de dressage dans sa jeunesse, il était attentif et obéissant au moindre signe de son maître, mais s'il était livré à lui -même, il devenait la pire canaille, le braconnier le plus sauvage et un querelleur invétéré. Jamais fatigué, toujours en mouvement, bien disposé à l'égard des étrangers inoffensifs, jamais soumis, joueur avec les enfants et ......éternellement amoureux."


Ainsi fut le sujet qui donna naissance à la nouvelle race ! Après avoir changé de propriétaires, Hektor Linksrhein, devint Horand; on ajouta à ce prénom l'affixe de l'élevage de von Stephanitz " von Grafrath" et on l'enregistra dans le Livre des Origines sous le numéro SZ 1.


AINSI DEMARRA LA GRANDE HISTOIRE DU BERGER ALLEMAND mais aussi celle de la Verein für Deutsche Schäferhunde ( Club de chien de Berger allemand abrégé SV).